Vidéos

Le cortège internationaliste de la marche citoyenne pour une VIème République du 5 Mai 2013

Le cortège internationaliste de la marche citoyenne pour une VIème République du 5 Mai 2013 s’est époumoné avec enthousiasme à chanter les chants révolutionnaires et de résistance de tous les pays présents dans le cortège: Espagne, Grèce, Portugal, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Equateur, Colombie, Chili, Algérie, Tunisie, Corée du Sud, Guinée équatoriale, Indonésie… C’est dire si on a chanté! J’ai voulu rendre hommage à la résistance espagnole à la dictature de Franco en chantant une chanson qui m’est chère: l’Estaca de LLuis LLach. Une chanson catalane que mon oncle Tomas, qui vit dans le Pays Valencien en Espagne, et ma mère m’ont souvent chantée. Un moment émouvant pour moi que mon camarade Guillaume Delarue, militant du PG Londres, venu exprès pour la marche, a voulu immortaliser. Milles mercis à lui pour ce beau souvenir. Miles mercis aux camarades venus de partout pour soutenir notre marché citoyenne française. C’est une leçon d’internationalisme magnifique que votre présence massive dans ce cortège!

L’oeillet rouge: symbole de l’union de l’autre gauche et de la Révolution citoyenne en Europe

Lors de son troisième Congrès, le Parti de Gauche a fait de l’oeillet rouge de la révolution portugaise du 25 Avril 1974 contre la dictature de Salazar, le père de la règle d’or dont se sont resaisis tous les gouvernements austéritaires qui gouvernent l’Europe de nos jours.

Pour l’occasion, en tant que responsable européenne du parti, j’ai réuni sur la scène du Congrès les deux partis de l’autre gauche portugais: le Parti Communiste Portugais et le Bloc de Gauche. Ces deux partis s’essaient, malgré une histoire lourde de dissensions, de travailler ensemble autant que possible dans l’intérêt du plus grand nombre au Portugal. Et à l’heure où la Troïka règne en maître sur le pays grâce au gouvernement de Passos Coelho et au gouvernement PS qui l’a précédé, oeuvrer ensemble dans les luttes à tous les niveaux où elles se mènent est un devoir.

Chanter Grandola Vila Morena sur scène avec eux et avec Bruno Fialho, notre responsable Portugal, fils de Capitaine de la Révolution des Oeillets, était tout un symbole. Celui de la gauche européenne creuset qui lutte unie contre la droite et les sociaux démocrates qui nous condamnent à une Europe salazarienne. Celui de la gauche européenne qui porte la voix de ces militants qui, alors que Passos Coelho, l’affameur du peuple portugais, annonçait devant l’Assemblée de la République les coupes budgétaires, le sang et les larmes à venir pour le peuple, en entonné ce chant historique le réduisant à un silence gêné et honteux. Puisse-t-il avoir honte. Lui et tous ceux qui se comportent comme lui. A commencer par le gouvernement PS en France.