Thème: féminisme

25 Novembre – Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Bureau Exécutif du PGE, Copenhague, 2012-11-17/18

La violence contre les femmes, la violence sexiste et machiste, ne connaît pas de trêve et s’adapte à l’évolution des temps tout en se renforçant.

L’un des pires maux de la société est la misogynie ; elle est en pleine expansion. L’égalité  entre   femmes  et  hommes  et  les  politiques  contre  la violence sexiste ne sont pas présentées comme essentielles par les gouvernements nationaux ni par l’Union Européenne dans les discours des  fronts politiques et institutionnels visant à résoudre la crise.

Au niveau européen et au niveau mondial, les femmes ont des salaires moins élevés pour un travail de valeur égale, elles doivent assumer les responsabilités familiales et les soins et accomplissent une double ou triple journée de travail, elles ont moins d’opportunités, des emplois précaires, des taux d’activité plus faibles, tout cela entraîne une féminisation de la pauvreté. Au niveau politique, le taux de représentation des femmes est négligeable. Les femmes encourent des peines d’emprisonnement pour avoir défendu le féminisme laïc sans frontières. La burqa ne disparaît pas. L’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes filles pour satisfaire proxénètes et  « consommateurs de sexe » tout en enrichissant les mafias persiste. Des femmes  sont assassinées pour avoir défendu l’éducation des filles, elles sont lapidées pour avoir défendu la liberté, on utilise de l’acide pour détruire leur corps, le féminicide des femmes jeunes et pauvres est en augmentation,

Dans de nombreux pays, les lois sur le droit à l’avortement sont menacées par  des modifications régressives, les inégalités s’accroissent, des femmes sont assassinées, la précarité est aggravée par la crise, dans des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et la plupart des pays de l´Est d’Europe. L’utilisation de langage sexiste par les institutions et les programmes de télévision renforcent les inégalités. Le démantèlement des services publics touche plus sévèrement les femmes.

Lire la suite »

Féministes européennes contre l’austérité

Réunion du réseau féministe du Parti de la Gauche Européenne à Budapest

Ce weekend j’étais à Budapest avec ma camarade et amie Delphine Beauvois, responsable féministe du Parti de Gauche. Nous y avions rendez-vous avec les camarades du Parti de la Gauche Européenne (PGE) qui, à l’instar de Delphine, mènent le combat féministe au sein de leur  parti et au nom de celui-ci. Les leaders féministes des partis membres du (PGE) se réunissent au sein du réseau « EL-FEM » (« EL » pour « European Left » et « FEM » pour « Feminist »).  Le réseau EL-FEM a été officiellement créé au moment du premier Congrès du PGE en 2004. Il était alors composé de 40 leaders féministes issues de 12 pays différents.  Aujourd’hui nous sommes plus de 150 issues de  28 pays différents. Il a activement participé à l’inclusion de la parité dans les organes du PGE (le Bureau exécutif du PGE dont je suis membre est par exemple parfaitement paritaire) et de l’égalité des droits dans les objectifs politiques statutaires de celui-ci. Son but : partager les expériences des luttes féminines dans chaque pays, débattre des combats essentiels à mener et des campagnes pour le faire, renforcer les collaborations avec les organisations féministes, élaborer des initiatives communes au niveau européen et donner au PGE une perspective féministe dans chacune de ses campagnes.

Lire la suite »