Thème: Hongrie

Féministes européennes contre l’austérité

Réunion du réseau féministe du Parti de la Gauche Européenne à Budapest

Ce weekend j’étais à Budapest avec ma camarade et amie Delphine Beauvois, responsable féministe du Parti de Gauche. Nous y avions rendez-vous avec les camarades du Parti de la Gauche Européenne (PGE) qui, à l’instar de Delphine, mènent le combat féministe au sein de leur  parti et au nom de celui-ci. Les leaders féministes des partis membres du (PGE) se réunissent au sein du réseau « EL-FEM » (« EL » pour « European Left » et « FEM » pour « Feminist »).  Le réseau EL-FEM a été officiellement créé au moment du premier Congrès du PGE en 2004. Il était alors composé de 40 leaders féministes issues de 12 pays différents.  Aujourd’hui nous sommes plus de 150 issues de  28 pays différents. Il a activement participé à l’inclusion de la parité dans les organes du PGE (le Bureau exécutif du PGE dont je suis membre est par exemple parfaitement paritaire) et de l’égalité des droits dans les objectifs politiques statutaires de celui-ci. Son but : partager les expériences des luttes féminines dans chaque pays, débattre des combats essentiels à mener et des campagnes pour le faire, renforcer les collaborations avec les organisations féministes, élaborer des initiatives communes au niveau européen et donner au PGE une perspective féministe dans chacune de ses campagnes.

Lire la suite »

Hongrie: l’austérité selon Orbán

Par Sophie Rauszer et Céline Meneses

Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, Viktor Orbán a fait coup d’éclat sur coup d’éclat. Sa ligne politique est simple : nationalisme et casse sociale. S’il se défend d’être à la botte de l’Europe austéritaire, Viktor Orban n’en applique pas moins une austérité drastique chez lui, aggravée depuis qu’il négocie un prêt avec la Troïka, et son autoritarisme n’est plus à prouver.

C’est dans ce cadre que le 5 octobre dernier, Matolcsy György, ministre de l’économie nationale hongroise, a annoncé un plan d’austérité alarmant.

Nous ne sommes pas dupes de la stratégie du gouvernement d’Orban annonçant des hausses de taxes sur les banques et les transactions financières (auxquelles le Trésor public n’échappe pas d’ailleurs pas et auxquelles les sociétés de prestations de services publiques sont indistinctement soumises).

La politique est globalement la même que celle qu’impose l’Union européenne. Le renforcement des contrôles sur le paiement de la TVA (une des plus hautes de l’UE: 27%) appauvrit considérablement le peuple hongrois, dont le revenu moyen atteint déjà péniblement les 400 euros.

Lire la suite »

Le Parti de la gauche européenne condamne les arrestations en Hongrie en cette fête des travailleurs

Parti de la Gauche Européenne

Aujourd’hui, Attila Vajnai, membre du Conseil des Présidents du PGE et 1er dirigeant du Parti des travailleurs 2006 a été arrêté avec une vingtaine de militants.

Leur crime? Avoir manifesté pour la journée internationale des travailleurs. C’est une honte!

Cette arrestation scandaleuse est une nouvelle preuve des dérives autoritaires du gouvernement de Viktor Orban qui ne cesse de persécuter les forces démocratiques de Hongrie.

Le Parti de la gauche européenne condamne fermement cette répression injustifiable. L’heure est plus que jamais à la mobilisation et à la solidarité des forces de progrès en Europe. Solidarité avec nos camarades !

Hongrie : Soutien aux forces démocratiques en lutte

Par Tristan Haute, Georges Auspitz et Céline Meneses

Le Premier Ministre Hongrois, Viktor Orban, et son hyper-majorité Fidesz-KDNP conservatrice, nationaliste des deux tiers du Országgyűlés (Assemblée nationale hongroise) ont pu réveillonner tranquillement. Leur coup de force anti-démocratique et antisocial a réussi.

Hier après une série de plans d’austérité, de lois liberticides, et de lois anti-pauvres, la nouvelle loi fondamentale adoptée le 18 Avril dernier est entrée en vigueur en Hongrie. Parmi les mesures les plus nocives que cette loi grave dans le marbre constitutionnel, on compte rien de moins que : l’élimination du caractère républicain de la Hongrie, le coup de grâce à une laïcité déjà fortement mise à mal en inscrivant dans la Constitution une référence à « Dieu » (« Dieu bénisse les Hongrois »), le verrouillage de l’appareil d’Etat au profit de la majorité actuelle par le biais de nominations par la majorité à des postes clés de l’Etat pour des mandats allant jusqu’à 15 ans afin de contraindre tout nouveau gouvernement à poursuivre la politique du Fidesz, le muselage de la Cour constitutionnelle, la mise à mort programmée du droit à l’avortement, ou encore la fixation dans le marbre constitutionnel d’un taux unique d’imposition des revenus à 16%,!

Lire la suite »