Thème: PGE

La lutte contre l’Europe austéritaire ne faiblit pas au PGE

Réunion du Bureau Exécutif du PGE à Copenhague

Ce weekend nous étions réunis entre représentants des partis membres du Parti de la Gauche Européenne (PGE) à Copenhague pour la réunion trimestrielle du Bureau Exécutifl.

Nous y étions accueillis par nos camarades de l’Alliance Rouge et Verte du Danemark notre allié écosocialiste qui monte sur place et le seul part à gauche à s’opposer à la politique des sociaux démocrates  danois qui, rappelons-le, ont signé et fait adopter le traité Merkozy.

Ses représentants nous ont accueillis chaleureusement dans un  petit hôtel. Au Danemark la vie est très chère. Pour avoir une chambre d’hôtel bien en-dessous du confort qu’on a dans France dans un Formule 1, on paie, tenez-vous bien, plus de 70 euros par nuit. Pourtant les chambres n’ont rien de luxueuse. Elles ont même tout d’une chambre de résidence étudiante française pour classes sociales non favorisées. Sentiment de retour quelques années  en arrière…

Lire la suite »

Elections européennes 2014 : pour une refondation démocratique de l’UE

EL Executive Board meeting, Copenhagen, 2012-11-17/18

L’autoritarisme et la confiscation des pouvoirs au profit de la troïka et des intérêts financiers deviennent la règle pour imposer les politiques d’austérité : les parlements nationaux, les droits et les libertés, les activités syndicales et même le Parlement européen, sont écartés des choix essentiels. Le refus de la Commission européenne d’enregistrer la proposition d’Initiative Citoyenne Européenne imaginée par le PGE, a illustré de manière caricaturale le verrouillage institutionnel.

Jamais la crise de la démocratie n’a été aussi profonde dans l’UE et dans les pays d’Europe. Cette situation impose une refondation profonde pour donner enfin des pouvoirs réels aux citoyens et aux assemblées élues.

Lire la suite »

Le PGE soutient les six travailleurs de Telefonica dans leur 13e jour de grève de la faim

Bureau Exécutif du PGE, Copenhague, 2012-11-17/18

Le Bureau exécutif du PGE, réuni à Copenhague le 17 of Novembre 2012, a été informé par son parti membre EUiA de Catalogne (Espagne) de la situation préoccupante de 6 travailleurs de l’entreprise multinationale Telefónica, dans leur 13e jour de grève de la faim, une forme ultime de protestation face au licenciement injuste de leur collègue: Marcos Andrés.

Cette mesure exceptionnelle, prise par Marcos et 5 autres camarades solidaires de sa lutte légitime, met en lumière et dénonce un exemple du recul des droits des travailleurs et de la justice, conséquence des coupes brutales de la « contre-réforme » du marché du travail.

Lire la suite »

Le Parti de la Gauche Européenne dénonce la fausse solution de Rajoy contre les expulsions locatives

Bureau Exécutif du PGE, Copenhague, 2012-11-17/18

Les expulsions locatives sont désormais plus que quotidiennes en Espagne. Au premier trimestre 2012, pas moins de 46 559 expulsions ont eu lieu. Le nombre d’expulsions pour l’année 2012 est estimé à 180 000. Depuis 2008, ce sont plus de 200 000 familles qui ont été expulsées de leur logement donnant lieu à une vraie crise humanitaire.

Face à cette catastrophe humaine et sociale, le gouvernement de Monsieur Rajoy, dont les politiques aggravent la situation, n’a proposé qu’un décret gouvernemental à minima alors que les mouvements sociaux, les syndicats et Izquierda Unida (IU) demandaient le gel immédiat des expulsions.

Lire la suite »

25 Novembre – Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Bureau Exécutif du PGE, Copenhague, 2012-11-17/18

La violence contre les femmes, la violence sexiste et machiste, ne connaît pas de trêve et s’adapte à l’évolution des temps tout en se renforçant.

L’un des pires maux de la société est la misogynie ; elle est en pleine expansion. L’égalité  entre   femmes  et  hommes  et  les  politiques  contre  la violence sexiste ne sont pas présentées comme essentielles par les gouvernements nationaux ni par l’Union Européenne dans les discours des  fronts politiques et institutionnels visant à résoudre la crise.

Au niveau européen et au niveau mondial, les femmes ont des salaires moins élevés pour un travail de valeur égale, elles doivent assumer les responsabilités familiales et les soins et accomplissent une double ou triple journée de travail, elles ont moins d’opportunités, des emplois précaires, des taux d’activité plus faibles, tout cela entraîne une féminisation de la pauvreté. Au niveau politique, le taux de représentation des femmes est négligeable. Les femmes encourent des peines d’emprisonnement pour avoir défendu le féminisme laïc sans frontières. La burqa ne disparaît pas. L’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes filles pour satisfaire proxénètes et  « consommateurs de sexe » tout en enrichissant les mafias persiste. Des femmes  sont assassinées pour avoir défendu l’éducation des filles, elles sont lapidées pour avoir défendu la liberté, on utilise de l’acide pour détruire leur corps, le féminicide des femmes jeunes et pauvres est en augmentation,

Dans de nombreux pays, les lois sur le droit à l’avortement sont menacées par  des modifications régressives, les inégalités s’accroissent, des femmes sont assassinées, la précarité est aggravée par la crise, dans des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et la plupart des pays de l´Est d’Europe. L’utilisation de langage sexiste par les institutions et les programmes de télévision renforcent les inégalités. Le démantèlement des services publics touche plus sévèrement les femmes.

Lire la suite »

Le PGE condamne l’escalade de violence mise en oeuvre par le gouvernement d’Israël dans la bande de Gaza et invite instamment l’UE à reconnaître l’Etat palestinien

Bureau Exécutif du PGE, Copenhague, 2012-11-17/18

L’assassinat par l’armée d’Israël du chef militaire du Hamas Ahmed Jabri vise à empêcher la reconnaissance par les Nations Unies de l’Etat palestinien, en provoquant une réaction du Hamas et en tirant profit de la violence créée en vue des prochaines élections israéliennes afin d’accroître l’influence du gouvernement de droite. Avec l’escalade de la violence, provoquant des dizaines de meurtres parmi la population palestinienne et la menace d’une intervention israélienne terrestre et d’une guerre, le but réel pour le gouvernement d’Israël est d’empêcher la reconnaissance de l’État Palestinien.

Nous apprécions les efforts diplomatiques déployés par le Président Abbas afin d’accélérer la reconnaissance des Nations Unies qui permettrait à la résolution pacifique du conflit du Moyen-Orient.

Nous demandons instamment aux Etats européens de soutenir la reconnaissance de l’État Palestinien à l’ONU et de condamner l’escalade israélienne de la violence, ainsi que de suspendre l’accord de libre échange UE-Israël qui a été récemment renforcé.

Lire la suite »